Le Corbusier

Le Corbusier et l’écologie

Le développement durable est aujourd’hui un sujet très tendance pour les architectes, qui aide au développement d’innovation écologique à la construction. Mais est- ce un concept de l’architecture moderne ou un héritage d’architecte comme Le Corbusier ?

Le vivre en ordre

Dans ses recherches Le Corbusier voulait se rapprocher de la simplicité, de la nature. Il utilisait des matériaux bruts.

Avec La cité radieuse, il voulait lier les principes essentiels, qui pour lui conditionnent l’architecture, la mise en ordre, à savoir : l’Espace, le Soleil et la Verdure.

Il y observe les lois de la nature en comparant le foyer à un coquillage recherchant une harmonie et un équilibre biologique.

Le Corbusier avait écrit à ce sujet « La maison est  une machine à habiter » où il traite de la relation entre le jardin et la maison ou encore de la ventilation naturelle et la maison.

La Notion de Développement Durable

La Notion de Développement Durable n’existait pas à proprement parler dans les années 50. Le Corbusier a pourtant construit et imaginé des habitats qui entrent dans ce concept ; mais pour des raisons bien différentes. L’idée de Le Corbusier était de fournir des unités d’habitation accessible à toutes les populations, et donc aux classes ouvrières qui ont peu de moyen financier. C’est dans ce sens que Le Corbusier tentait de maximiser les ressources et a créé des habitats dont le rendement énergétique, on le constate aujourd’hui, est beaucoup plus haut que nos constructions contemporaines.

En théorie, l’habitat moderne, par sa recherche permanente d’optimisations, faites d’économie des matériaux et des formes, tend vers un habitat écologique.

Le Cabanon du Cap Martin

Le Corbusier avait montré le chemin en créant pour lui une cabane faite en rondins de bois, de 3,66 mètres de côté et entièrement aménagée aux normes du Modulor. Il y passait les mois d’été prônant son concept de retour radical à la simplicité et à la fusion respectueuse et harmonieuse avec la nature. Dans un monde d’instabilité énergétique et climatique, seul cet habitat dispose d’un solide et durable avenir par son économie d’espace et de ressources!

La Cabane du Cap Martin reflète parfaitement les rêves d’un individu.

 VISITEZ le Cabanon de Le Corbusier
Du mardi au vendredi –Tél : 04.93.3562.87
 
 
 
 

Le Corbusier et les couleurs

Le Corbusier et les couleurs

La polychromie architecturale est l’un des chefs-d’œuvre le plus important de Le Corbusier, résultant de plusieurs successions d’expériences, de connaissances et de convictions rassemblées au cours de sa vie créative.

« L’homme a besoin de couleurs pour vivre; c’est un élément aussi nécessaire que l’eau ou le feu »

Inspiré des paroles de Fernand Léger, Le Corbusier crée le premier « clavier de couleurs » SALUBRA en 1931. Le premier Clavier comportent 43 tons exclusivement réservés à l’architecture.  Les claviers deviennent pour Le Corbusier un instrument de travail exact et efficace qui permet d’établir rationnellement, dans la demeure moderne, une polychromie strictement architecturale, accordée à la nature et aux nécessités profondes de chacun. L’exclusivité de fabrication des claviers est donné au fabriquant Les Couleurs.

TOLIX s’habille en Le Corbusier

Les Couleurs, garant de l’héritage polychromique de Le Corbusier, se sont associées à Tolix en 2013. Tolix – gamme de meubles métalliques célèbres grâce à l’iconique chaise A, lance ainsi 4 nouvelles couleurs pour sa gamme de mobilier à l’occasion du salon du Meuble de Milan. Avec la collection de chaise Rouge Vermillon 59, Jaune Vif, Bleu outremer 59 et gris 59, Tolix montre son attachement à la qualité. Des nuances vives à la finition mate qui font du mobilier Tolix des pièces uniques apparentées au travail du grand architecte suisse.

Polychromie de La Caravelle et de l’Hôtel Bellevue

Ancien Cabaret d’après-guerre, le bar La Caravelle s’inspire depuis toujours de la palette polychromique Le Corbusier, Bleu outremer 59 pour le plafond et Rouge vermillon 59 pour les murs.  La famille Bore de Loisy, propriétaire dans les années 50 du Bar La Caravelle et de l’Hôtel Bellevue est sous l’influence très présente de l’architecte en vogue Le Corbusier. C’est d’ailleurs la famille Bore de Loisy qui construira en 1950, l’hôtel La Résidence, à quelques pas de La Caravelle sur le quai du Port, dans une architecture et une décoration totalement inspirées de la Cité Radieuse.

Ora-Ito au Le Corbusier, découvrez le MaMo

Le centre de création artistique créé par Ora Ito, est installé sur le Paquebot de la Cité Radieuse. Baptisé le MaMo, ce Centre d’Art a pour vocation d’être un tremplin pour les créations à venir.

Marseille Modulor

Le nom de ce nouveau centre artistique vient naturellement du concept Modulor de l’architecte Le Corbusier. Inventée en 1945, la notion architecturale Modulor est une silhouette humaine standardisée servant à concevoir la structure et la taille des unités d’habitation de la Cité Radieuse. Les proportions fixées par le Modulor lui permettent d’offrir un confort maximal dans les relations entre l’homme et son espace vital.  D’une taille de 1m80, la silhouette lève un bras pour atteindre la hauteur de 2,26m. Déclinées, ces proportions harmonieuses règlent les rapports d’échelle entre tous les éléments de la Cité Radieuse.

Ora-Ito à Marseille

Ora-Ito, designer, commence sa carrière dans les années 90 en proposant des objets imaginaires de grandes marques. Les objets d’Ora-Ito se veulent élégants, futuristes et parfois humoristiques. En 2002 il reçoit l’Oscar du meilleur design pour sa bouteille Heineken en aluminium. En 2005, le centre européen d’art contemporain lui ouvre les portes du Centre culturel français de Milan pour sa première grande exposition. C’est à 35 ans qu’il lance le MaMo sur le toit de la Cité Radieuse de Marseille, où il souhaite bâtir des ponts de plaisir et de rencontre.

MaMo
Centre d’art de la Cité Radieuse
280 Boulevard Michelet – 13008 Marseille

Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 18h

 

 

Le Corbusier au J1

Exposition du 11 Octobre au 22 décembre 2013
J1 Place de la Joliette – 13002 Marseille

Connu sous le pseudonyme Le Corbusier, Charles-Edouard Jeanneret-Gris est un architecte, urbaniste, décorateur, peintre, sculpteur, mondialement connu pour son concept d’ « unité d’habitation » sur lequel il a commencé à travailler dans les années 1920.

 Une place importante dans la vie marseillaise

Le concept d’ unité d’habitation va prendre forme, dans la reconstruction d’après guerre, dans 5 grandes villes, Briey-en-Forêt, Rezé, Firminy, Berlin et Marseille. Construite entre 1947 et 1952, la « Cité Radieuse » de Marseille, nommée plus familièrement par les marseillais « La Maison du Fada », réunit dans un même bâtiment tous les équipements collectifs nécessaires à la vie- garderie, laverie, piscine, école, commerce, bibliothèque, lieux de rencontre.

Une unité d’habitation nourrie par les arts plastiques

Le Corbusier nourrit sa réflexion par une pratique régulière des arts plastiques en même temps que sa pratique architecturale. Il s’enrichit au gré de ses rencontres, avec Gustav Klimt, Fernand Léger, Pablo Picasso et Georges Braque. Dès 1917 il ne cesse d’exercer la peinture avec des productions gigantesques de dessin, d’aquarelles et de toiles, qu’il  expose à l’étranger, avant de commencer la sculpture murale dans les années 40. La Cité Radieuse, immeuble expérimental, est ainsi un savant mélange des pratiques architecturales et plastiques du « Fada ».

 Le Corbusier et la question du Brutalisme

Avec la construction de la Cité Radieuse, c’est une nouvelle esthétique, celle du Brutalisme, que Le Corbusier va initier dans une démarche associant, autour de l’architecture et dans une même volonté, l’ensemble du champ des arts plastiques. Le terme Brutalisme vient de son utilisation du béton brut pour la construction. Le Corbusier voit dans le béton son côté sauvage, naturel, primitif, sans transformation.

Le contenu de l’exposition au J1 dans le cadre de Marseille Capital Européenne 2013, sera pensé comme le point de convergence des différentes recherches plastiques menées par Le Corbusier de 1933 à 1965. Des œuvres originales, tableaux, sculptures, tapisseries, lithographies, émaux, mais aussi des images, fixes ou animées, viendront illustrer la « synthèse des arts » chère à cet artiste complet.

 

 

 

 

 

Ces architectes qui ont marqué Marseille

Ces architectes qui ont marqué Marseille

De Pierre Puget, en passant par le Corbusier, pour finir avec Rudy Ricciotti : Marseille est une ville imprégné d’histoire et de lieux cultes grâce à ses architectes de renom.

La Vieille Charité :

C’est en 1670 que le célèbre Pierre Puget architecte du Roi et enfant du quartier entame une de ses plus grandes réalisations La Vieille Charité. A l’époque, elle est fondée pour y enfermer les pauvres et les mendiants de la ville.

La Vieille Charité  remplit de nombreuses fonctions durant plus de 2 siècles,  jusqu’au début des années 1940 où l’édifice est laissé complètement à l’abandon. Suite à la dénonciation de l’architecte Charles-Édouard Jeanneret-Gris dit « Le Corbusier » qui déplore que le bâtiment soit dans cet état, la ville de Marseille décide de rénover l’édifice. Après 25 ans de travaux, La Vieille Charité accueille aujourd’hui plusieurs structures multiculturelles comme le Musée d’Archéologie Méditerranéenne, le Musée des Arts Africains, Océaniens, Amérindiens (M.A.A.O.A), des expositions temporaires et une salle de cinéma : Le Miroir.

La cité radieuse: 

Communément appelée « La Maison du fada » par certains Marseillais, cette construction

Corbusienne a été créée afin de pallier aux problèmes de logements d’après guerre.

Charles-Édouard Jeanneret-Gris, dit «  le Corbusier », est un homme passionné d’architecture. Il fonde une nouvelle forme de cité, un « village vertical ». Ainsi dans un même bâtiment, tous les équipements collectifs nécessaires à la vie sont présents : garderie, piscine, école, commerces, bibliothèque, lieux de rencontre, hôtel, restaurant gastronomique.

Tout comme l’Hotel Bellevue et Le restaurant La Caravelle, la cité Radieuse, est une institution Marseillaise dont les couleurs vivifiantes – rouge, bleu et jaune – mettent l’accent sur les années 50.

Le Mucem:

Inauguré à l’occasion de l’année 2013 pendant laquelle la cité phocéenne est Capitale européenne de la culture, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM), se trouve à l’embouchure  du vieux port et à seulement 10 minutes à pied de l’Hotel Bellevue.  Voila près de 11 ans que Rudy Ricciotti avait imaginé les plans très complexes du MUCEM. Pour le construire, Rudy Ricciotti, qui se bat contre la disparition des métiers, a fait appel à plusieurs partenaires afin de créer « un savoir collectif ». L’hotel Bellevue et le bar-restaurant la Caravelle sont aussi engagés dans ce combat et ont fait appel aux auto-entrepreneurs, artisans et compagnon du devoir pour rénover l’hotel Bellevue en 2012.

 

En direct de l’Hotel Bellevue @Vanessa Michel 😉