Basilique Notre Dame de La Garde

Souvent surnommée « la bonne mère », c’est une des basiliques mineures de l’Eglise catholique romaine.

Surplombant le Vieux Port de Marseille, la basilique a été construite par l’architecte Henri Espérandieu en 1864 sur  l’emplacement d’une chapelle datant de 1214. A son sommet se dresse une statue monumentale de 11,2 mètres de la Vierge à l’enfant réalisée en cuivre doré à la feuille.

Véritable palladium de la ville de Marseille, Notre Dame de la Garde est depuis le moyen âge considéré comme la gardienne des marins et des pêcheurs. En effet, une religiosité toute méditerranéenne s’y manifeste avec le dépôt de nombreux cierges et ex-voto offerts à la Vierge pour la remercier d’une grâce spirituelle ou temporelle. L’un des plus anciens documents concernant cette pratique est un acte notarié du 11 août 1425 dans lequel un certain Jean Aymar verse cinq florins pour l’achat d’images de cire offertes en reconnaissance à la Vierge. Au cours de son voyage dans le midi de la France effectué au tout début du xixe siècle, Aubin-Louis Millin est frappé par le nombre d’ex-voto de Notre-Dame de la Garde : « Le chemin qui conduit à l’oratoire est roide et difficile. La chapelle est petite et étroite, mais ornée partout des tributs de la piété des navigateurs : au plafond sont suspendus de petits vaisseaux avec leurs agrès et ayant leur nom inscrit sur la poupe ; ils figurent ceux que la mère du Christ a sauvés d’un cruel naufrage ou enlevés à la fureur des pirates et des corsaires »