Les designers écolo Campana

Les designers écolo Campana

Définitivement écologistes, les frères brésiliens Campana se sont imposés sur la scène internationale du design grâce à des créations éclectiques, pour la plupart issues du recyclage.

Fernando et Humberto Campana procèdent à un travail de récupération de bouts de bois, de ferraille ou de plastique, de pièces de tissus ou de jouets.  Ensuite ils détournent les objets récupérés de leurs usages initiaux en s’inspirant de la diversité, des influences, de la mixité sociale, économique et de l’artisanat. Ils vont jusqu’à transgresser des normes esthétiques. Leurs agencements sont réalisés tantôt selon des procédés artisanaux, tantôt selon des techniques de pointe. Ils n’hésitent pas à définir leur univers à la limite du kitsch et du régionalisme mais également à la frontière du design, des arts appliqués et de l’art contemporain.

Voyage en mode éco-tourisme

Voyage en mode éco-tourisme

Eco-tourisme, voyage éco-responsable, tourisme vert…  De quoi s’agit il ? L’ Hôtel Bellevue  vous explique de quoi il s’agit concrètement !

 Les hôtels : le premier chaînon

Conscients qu’il est au cœur des recommandations formulées aux clients, l’ Hôtel Bellevue  prête une attention particulière à leurs partenaires et prestataires. Priorité est ainsi donnée aux entreprises inscrites dans une démarche éco-durable. C’est le cas, par exemple, de la blanchisserie. Et pour les sorties en mer, le loueur partenaire, recommandé par l’hôtel, travaille avec des bateaux à énergie solaire.

 L’éco-tourisme, au fait, c’est quoi ?

Le terme a fait son apparition il y a une trentaine d’années. Voici sa définition depuis 1991 : “L’éco-tourisme est un voyage responsable dans des environnements naturels où les ressources et le bien-être des populations sont préservés ». Et où commence votre voyage ? A l’hôtel ! C’est la raison pour laquelle les Hôtels Bellevue  s’est engagé à Marseille dans une démarche en faveur du développement durable. Il a obtenu le label Clé verte depuis 2012. Il vient couronner leurs efforts en matière d’écologie et reconnaît le sérieux des actions engagées.

Une dimension écologique

Au sein de l’Hôtel Bellevue , une attention quotidienne est portée aux économies d’eau et d’énergie : extinction des appareils électriques dans les chambres inoccupées, gestion rationnelle du linge, ampoules à basse consommation. Les produits emballés individuellement sont proscrits. Les produits d’entretien utilisés sont écologiques.

 Un engagement citoyen

Mais l’ Hôtel Bellevue vat encore plus loin. Il incite leurs hôtes à coopérer. Seul le linge désigné par le client est changé. Résultat : une économie de 6 litres d’eau par serviette. Par ailleurs, celui-ci dispose d’une information complète sur les moyens de transport en commun, y compris la location de vélos.

Promenade-parcours sur la Voie historique de Marseille

Promenade-parcours sur la Voie historique de Marseille

FLASHEZ le QR code sur votre smartphone ou tablette, et partez sur le tracé d’une voie historique de Marseille du Port antique au fort Saint Jean.

flash

 

1 km de promenade historique en 11 étapes à parcourir au départ du Musée d’Histoire de Marseille, situé à quelques centaines de mètres de l’hotel Bellevue, pour arriver jusqu’au Mucem.

Etape 1: Le Port Antique: entrée de la ville hellénistique

Le site archéologique de la Bourse – Port antique abrite les vestiges des murailles de l ville grecque de Massalia/Marseille. Il présente également le port antique, dans le quel a été mise au jour l’épave du navire romain de la Bourse. Deux tours carrées marqiaent l’entrée principale de la ville qui se développait alors entre ce secteur et le promontoire de Saint-Jean.

Etape 2: La rue de la République

Au milieu du 19ème siècle, pour raccourcir les trajets en charrettes jusqu’a la Major et la Joliette, une artère est tracée à travers les vieux quartiers; de 1860 à 1864, un chantier considérable permet de percer cette rue à travers la butte des Carmes qu’elle coupe en deux parties. La rue « impériale » est alors bordée d’immeubles à la manière des boulevards parisiens d’Haussmann. ils gardent cependant un caractère typiquement marseillais avec leurs façades de rangées de « trois fenêtres ».

Etape 3: Hôtel de Cabre

L’Hotel de Cabre (1935) est la plus ancienne maison conservée à Marseille. L’intérêt historique de cette demeure est double. Il est architectura en raison de son ancienneté et du témoignage de la persistance du style gothique et étonnant par son histoire récente. En effet, épargnée par le dynamitage de 1943, cette maison a fait l’objet quelques années plus tard d’un déplacement de 90°.

Etape 4: Espace Villeneuve-Bargemon/Jules Vernes

Situées de part et d’autre de l’hotel de Ville, les places Jules-Vernes et Villeneuve-Bargemon ont fait l’objet de fouilles archéologiques majeurs dans les années 1990. Des témoignages de la période néolithique et antique sont venus apporter un enrichissement considérable de l’histoire de la ville. Ont ainsi été révélés les lignes de rivage antique du Vieux-Port et leurs aménagements, des épaves grecques du 6è siècle av JC, un chantier de construction navale du 4è siècle av JC, des hangars de trières et cales de halage, un atelier monétaire, des épaves romaines de forme inédites, des thermes; sans compter un mobilier exceptionnel et abondant en céramique, bois, verre, cuir, etc…

Hotel Dieu: L’Hotel-Dieu est un bâtiment hospitalier qui a été construit au 18è siècle sur les plans de l’architecte royal Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne. Une seconde phase d’aménagement a eu lieu au 19è siècle et a été inaugurée par Napoléon III. Ce bâtiment se dresse sur le site d’un précédent établissement de charité appelé Hôpital du Saint Esprit qui a pris le nom d’Hotel-Dieu au 16è siècle.

Maison Diamantée: La maison Diamantée est l’autre demeure la plus ancienne de la ville avec l’hotel de Cabre. Elle est particulièrement remarquable par son style architectural « en pointe de diamant » imaginé dans l’Italie des Médicis. En 1925, l’édifice obtient son classement en tant que monument historique.

Hôtel de Ville: L’hotel de Ville actuel est un édifice du 17è siècle qui a succédé à la Loge de la commune, elle-même édifiée au 15è siècle. Ce projet est initié en 1653 sur proposition de Gaspard de Villages et béni par l’évêque Etienne de Puget. Les troubles entre Louis XIV et la ville en 1660 contrarient un temps son exécution. Relancé en 1666 par Gaspard Puget, frère de Pierre Puget, le projet voit les sculptures de la façade réalisées par les frères Pourtal, Martinet, Levaquery et Martin Grosfils. Gaspard Puget n’y réalise que l’écusson final placé au dessus de la porte principale.

Etape 5: Eglise des Accoules:

Cette église, dédiée à la vierge Marie, est le plus important édifice paroissial du Moyen Age à Marseille. Les premières mentions de cette église dans les archives de la ville sont du 11è siècle et en font une dépendance du monastère des moniales de Saint-Sauveur. Reconstruite à plusieurs reprises, elle finit, au 14è siècle, par acquérir un style gothique méridional. La tour de Sauveterre qui lui a été accolée postérieurement sonnait l’alerte pour la ville. L’église a été construite à la Révolution Fra,çaise. Seul subsiste son clocher médiéval.

Etape 6: Musée des docks romains:

Le site des Docks est un entrepôt construit au début de l’empire romain dans lequel ont été trouvées de grosses jarres enfouies dans le sol, destinées à recueillir le vin des navires qui était déchargé à proximité. Ce lieu offre au visiteur la possibilité de voir un fragment d’épave découverte durant le creusement de la rue de la République, la mosaïque de la Baigneuse et le résultat des fouilles archéologiques sous marines dans la rade de Marseille.

 Etape 7: Immeuble de la reconstruction

Le Vieux Marseille qui a mauvaise « réputation » durant la première moitié du 20 è siècle, est l’objet d’un dynamitage, sur ordre de l’occupant nazi, au cours du début de l’année 1943. L’Architecte Fernand Pouillon, en collaboration avec André Devin, est chargé de reconstruire les immeubles longs d’une centaine de mètres donnant sur le quai.

Etape 8: Place de Lenche/ caves Saint-Sauveur:

Le site carrefour de la place de Lenche était probablement dans l’antiquité celui de l’agora. Au sud de la place, existait un fort dénivelé contre lequel a été construit un grand édifice appelé « caves de Saint-Sauveur. Ce pourrait être un entrepôt à grains de la fin de l’époque grecque ou du début de l’époque romaine. Devant ce bâtiment, et donc en contrebas également de la place de Lenche, c’est le forum qui pourrait être localisé. Marseille était en effet, selon les sources écrites, une ville avec deux places publiques, une grecque et une romaine.

Etape 9: Collège Vieux-Port:

Ce site archèologique a révélé récemment des vestiges datant des premières décennies de la présence phocéénne à Marseille. Certains sont interpretés par les archéologues comme étant des salles de banquet. Des fouilles avaient déjà permis de découvrir les gradins d’un théâtre antique que l’on date aujourd’hui de la fin du 1er siècle av JC.

Etape 10: Eglise Saint-Laurent

L’église de Saint Laurent est l’un des plus anciens édifices marseillais conservés. Elle est attestée en 1153 mais les reconstructions que l’on peut voir aujourd’hui ne sauraient être antérieures à la fin du 11è siècle ou au début du 13è. Il s’agit d’une église présentant une nef à trois vaisseaux avec des voûtes en berceau. Son clocher est un rajout de la deuxième moitié du 13è siècle.

Etape 9: Fort Saint-Jean / Mucem:

L’un des sites les plus complexes et les plus forts de la ville. Sa fréquentation dans l’antiquité est attesté. Il y a de fortes présomptions pour localiser sur ce promontoire le temple d’Artémis, la déesse majeur des Massaliotes. Au moyen âge, cette pointe rocheuse abrite une commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean qui donne son nom au quartier et qui dispose d’une chapelle aujourd’hui conservée mais englobés dans le fort. La tour carrée que l’on voit à l’entrée du port date du 15è siècle et succède à une tour plus ancienne fragilisée par le sac des Aragonais en 1423. A ces tours était accrochée une chaîne qui fermait la passe du port et protégeait la ville. Au 17è siècle, Louis XIV fit ériger une citadelle que l’on peut voir aujourd’hui. En son sein, on trouve également une tour ronde du 17è siècle ayant servi de phare de manière éphémère et des bâtiments militaires datés du 20è siècle utilisés comme casernes et prisons. Le fort héberge désormais le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Le Mucem.

Ecodesign, la nouvelle façon de penser les objets

L’ère de la surconsommation est derrière nous. La nouvelle génération de designer l’a bien compris et intègre le développement durable dans leurs projets. Plus qu’une tendance, l’écodesign est une nécessité.

 Pouff COFFEE

Diplômé de l’école de design de Malmo en 2008, Johanna Hansson est conceptrice de produits design écologique. Travaillant aujourd’hui comme designer aux studios Berhin, elle lance la gamme de pouff COFFEE.

Réalisé à partir de huit sacs de café recyclés comportant les imprimés du lieu d’origine de la plantation de café, le pouf COFFEE est rempli de mousse Styrofoam recyclée qui lui confère un confort optimal.

En vente sur 1rdesign

Bureau R70

Nicola Santini et Pier Paolo Taddei d’Avatar Architettura sont deux architectes et designers italiens. Leurs créations considèrent avec attention les implications environnementales et les alternatives écologiques. Dans l’architecture comme dans le design, les stratégies de projet privilégient les systèmes flexibles, la diversité et les matériaux recyclés.

Pour Kann, ils ont créé par une imbrication multicolore de rectangles de bois allongés, le plan de travail du bureau éco design R70.

Ce bureau est constitué de 70% de bois récupérés. Il est fabriqué à la main par des artisans au Liban.

En vente sur Green-Store

Lampe DRABA

Le designer Pierre Dubourg est diplômé en 2007 d’un Master en Design. En 2012 il entreprend une collaboration artisans / designers, tout en étant intervenant auprès d’étudiants en design produit.Aujourd’hui, il collabore avec la maison d’édition Reine Mère et mène en parallèle des projets personnels.

La Lampe Draba est découpée et pliée dans une unique feuille d’acier. Son câble rouge apporte une touche moderne et colorée. Elle est fabriquée en Bretagne, France.

En vente sur naturellement-déco

 

Le Corbusier et l’écologie

Le développement durable est aujourd’hui un sujet très tendance pour les architectes, qui aide au développement d’innovation écologique à la construction. Mais est- ce un concept de l’architecture moderne ou un héritage d’architecte comme Le Corbusier ?

Le vivre en ordre

Dans ses recherches Le Corbusier voulait se rapprocher de la simplicité, de la nature. Il utilisait des matériaux bruts.

Avec La cité radieuse, il voulait lier les principes essentiels, qui pour lui conditionnent l’architecture, la mise en ordre, à savoir : l’Espace, le Soleil et la Verdure.

Il y observe les lois de la nature en comparant le foyer à un coquillage recherchant une harmonie et un équilibre biologique.

Le Corbusier avait écrit à ce sujet « La maison est  une machine à habiter » où il traite de la relation entre le jardin et la maison ou encore de la ventilation naturelle et la maison.

La Notion de Développement Durable

La Notion de Développement Durable n’existait pas à proprement parler dans les années 50. Le Corbusier a pourtant construit et imaginé des habitats qui entrent dans ce concept ; mais pour des raisons bien différentes. L’idée de Le Corbusier était de fournir des unités d’habitation accessible à toutes les populations, et donc aux classes ouvrières qui ont peu de moyen financier. C’est dans ce sens que Le Corbusier tentait de maximiser les ressources et a créé des habitats dont le rendement énergétique, on le constate aujourd’hui, est beaucoup plus haut que nos constructions contemporaines.

En théorie, l’habitat moderne, par sa recherche permanente d’optimisations, faites d’économie des matériaux et des formes, tend vers un habitat écologique.

Le Cabanon du Cap Martin

Le Corbusier avait montré le chemin en créant pour lui une cabane faite en rondins de bois, de 3,66 mètres de côté et entièrement aménagée aux normes du Modulor. Il y passait les mois d’été prônant son concept de retour radical à la simplicité et à la fusion respectueuse et harmonieuse avec la nature. Dans un monde d’instabilité énergétique et climatique, seul cet habitat dispose d’un solide et durable avenir par son économie d’espace et de ressources!

La Cabane du Cap Martin reflète parfaitement les rêves d’un individu.

 VISITEZ le Cabanon de Le Corbusier
Du mardi au vendredi –Tél : 04.93.3562.87